Redécouvrez Vincent Farret d’Astiès en vidéo à TEDxAnnecy 2017

A partir du réel, rêver comme un enfant, ne pas avoir peur de se dépasser et enfin réaliser ce rêve. Le rêve de Vincent Farret d’Astiès, c’est de voler sans limites. Pas de limite de temps. Pas de limite de carburant. Naviguer dans le ciel. Se laisser flotter, emporté par  les vents et s’enivrer d’azur. Avec un peu de poésie, un peu d’humour et beaucoup de rêve, Vincent Farret d’Astiès nous parle d’un fabuleux voyage dans un ballon à énergie solaire lors du TEDxAnnecy 2017. 

Vincent Farret d’Astiès nous emmène au vent à TEDxAnnecy

C’est dans un ballon de 65m de haut pour une tonne, équipé d’une nacelle de 8m², que Vincent Farret d’Astiès se prépare à s’envoler pour un voyage d’un mois sans interruption. Un mois, c’est le plus long vol à énergie solaire jamais réalisé. Un défi ambitieux, mais rendue possible après des mois et des mois de calculs et surtout avec l’aide d’autres rêveurs qui, comme lui, croient ce projet réalisable.

Voyager en ballon porté par le vent ? Mais alors, comment se diriger ? Vincent Farret d’Astiès nous explique qu’un ballon classique profite de la variation des courants aériens : à 100m d’altitude, le vent ne souffle pas dans la même direction qu’à 2000m. Ainsi, il est nécessaire que le pilote ait une parfaite connaissance de son environnement pour savoir à quelle altitude profiter du vent qui le portera jusqu’à sa destination. Le ballon du projet de Vincent Farret d’Astiès fonctionne de la même façon, à cela près que ce n’est pas le vent d’air chaud des brûleurs qui fait monter le ballon, ni l’ouverture d’une soupape qui le fait redescendre. L’innovation de ce projet réside dans un régulateur d’altitude alimenté… à l’énergie solaire !

 

 

 

 

 

Un mois suspendu dans le ciel

Pendant un mois, le ballon va parcourir des milliers de kilomètres de 100m à 8000m d’altitude. Admirer les fjords norvégiens, survoler le Pôle Nord et le Groenland en supportant des températures allant jusqu’à -50°C, traverser l’Atlantique et observer les étoiles sans aucune pollution lumineuse. Un voyage qui intéresse autant les spécialistes de l’atmosphère et de l’aéronautique que les scientifiques médicaux : en effet, passer un mois dans 8m² n’est pas une expérience habituelle pour le corps humain. Pour rester en forme, les pilotes ont à leur disposition dans la nacelle du ballon un vélo d’appartement qui permettra aussi de fabriquer de l’électricité.

Jour comme nuit, le ballon peut voler grâce à l’énergie solaire et restera en contact par satellite 24 heures sur 24 avec une équipe restée au sol afin de leur rendre compte de leurs observations et pour partager leurs plus belles photos aériennes.

C’est un rêve qui devient réalité et qui nous donne à tous l’envie de nous envoler à notre tour.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *